Le Plan d’amélioration de l’hôpital rehausse la qualité des soins aux patients du campus de la rue King

En effet, le campus abrite maintenant les deux équipes communautaires de traitement intensif (ECTI), le Programme de désintoxication et de toxicomanie du Nipissing (PDTN) et la Clinique de santé mentale pour patients externes.

Cette fusion a permis à l’équipe de repenser la prestation des services. Les membres de l’équipe se sont penchés sur les façons dont ils pourraient fournir aux patients des soins de qualité en centralisant et en mobilisant davantage leurs services, et ce, dans le but de maximiser les ressources. Ces efforts visaient en fin de compte à améliorer l’accès aux soins et à rehausser l’expérience des patients.

Les résultats sont fort impressionnants – outre les économies de 750 000 $, la liste d’attente a été complètement éliminée (était de six semaines), les retards concernant la documentation sont passés de quatre mois à seulement cinq heures, le PDTN compte pour la première fois sur le soutien d’une infirmière autorisée (IA) et le remaniement de l’équipe de bureau a donné lieu à une unité cohérente qui peut soutenir l’ensemble du campus.


Équipe communautaire de traitement intensif (ECTI)

Larry, 68 ans, est un passionné de presque tous les sports. Tous les sports, dit-il, sauf le rugby. Chaque jour, Larry se rend au dépanneur pour acheter le Toronto Sun, son journal préféré étant donné que, selon lui, c’est le quotidien qui publie le plus de nouvelles sportives.

Larry est aussi un client des équipes communautaires de traitement intensif (ECTI) du Centre régional de santé de North Bay.

La responsable des Services de santé mentale et de toxicomanie, Claudette Lamothe, explique que les ECTI sont des équipes interdisciplinaires de fournisseurs de services de santé mentale qui se spécialisent dans la prestation aux personnes atteintes d’une maladie mentale grave de services de traitement, de réadaptation et de soutien hautement individualisés et dirigés par le patient.

Larry raconte que c’est « vers 1983 » qu’il a été hospitalisé la première fois en raison de sa maladie; il ajoute qu’il est un client des ECTI depuis une vingtaine d’années – il a été un des premiers clients des ECTI, quand celles-ci ont été mises sur pied en 1998.

Dans le cas de Larry, le soutien offert par les ECTI pour l’aider à bien se sentir comprend, par exemple, la livraison de médicaments et des sorties à l’épicerie. Ce qu’il trouve le plus agréable, c’est la chance de socialiser avec les membres des équipes. En effet, le soutien fourni permet à Larry de vivre de manière autonome dans la communauté.

En février 2016, la réinstallation des ECTI au campus de la rue King du CRSNB a permis de centraliser davantage, en un seul endroit, les services destinés aux clients des ECTI, du Programme de désintoxication et de toxicomanie du Nipissing (PDTN) et de la Clinique de santé mentale pour patients externes.

Selon Claudette, le déménagement des deux ECTI a non seulement permis de réaliser des économies, mais il a aussi amélioré les soins pour les patients qui utilisent ces services.

« Lorsque nous avons déplacé les équipes, nous avons tenu compte de leur mandat et avons conçu leurs nouveaux bureaux de manière à permettre au personnel d’être plus mobile et de mieux répondre aux besoins particuliers des patients dans la communauté, explique-t-elle. Il s’agit d’un point d’accès central à tous les services offerts au campus de la rue King, ce qui contribue à favoriser le continuum des soins au sein de tout le campus. »

Larry peut maintenant se rendre au 120, rue King, pour voir son travailleur social, puis aller voir son médecin, le Dr John Seguin, qui fournit des soins primaires aux patients inscrits aux ECTI. De plus, Larry et d’autres clients des ECTI y reçoivent des soins des pieds offerts par Marquise Jolicoeur.

Ecstasy, cliente de l’ECTI 2, est voisine de sa mère, Julijana, qui est aussi une cliente de l’ECTI. Ecstasy est d’un grand soutien à sa mère. Elle indique que le fait d’avoir tous les services sous le même toit s’avère très pratique pour sa mère.

« La gamme des soins de santé offerts [à la rue King] est complète, ajoute Ecstasy

« Si j’ai besoin d’aide, il me suffit d’appeler Tara, la secrétaire du programme, et, la plupart du temps, tout est réglé au bout de quelques jours, p. ex. fixer des rendez-vous, renouveler les ordonnances. »

En plus d'améliorer l'expérience du patient, l'épargne financière de 120 000 $ par année a été réalisé lorsque les deux ECTI ont été déplacés pour devenir partie intégrante du campus de la rue King.

L’équipe de bureau remaniée soutient l’ensemble du campus

Équipe communautaire de traitement intensif (ECTI)

Larry