Prévenir l’infection des plaies opératoires

Qu'est-ce qu'une infection des plaies opératoires (IPO)?

Une telle infection se produit au champ opératoire après une incision. Des germes peuvent s’y développer et causer une infection, dans les 30 jours après une intervention, parfois jusqu’à un an plus tard si on a eu recours à un implant (p. ex., une articulation du genou ou de la hanche). L’infection est parfois mineure, mais à l’occasion, elle est source de complications menant à de longs séjours à l’hôpital, ou elle accroît le taux de réadmission. L’IPO est la cause la plus courante d’infections associées aux soins de santé chez les patients opérés.

Comment peut-on contracter une telle infection?

Divers facteurs entrent en ligne de compte. Par exemple, si une personne a une mauvaise circulation sanguine, certains troubles médicaux, ou si elle se rase elle-même au champ opératoire avant l’intervention (les germes peuvent ainsi s’introduire à travers des coupures), les risques d’infection augmentent.

Afin de réduire le nombre d’infections, la campagne Des soins de santé plus sécuritaires maintenant, l’Institute for Healthcare Improvement et des hôpitaux ont mis en commun des pratiques exemplaires sous forme « d’ensembles ISO ». Ces derniers constituent un amalgame de meilleures pratiques (l’administration d’antibiotiques prophylactiques, la tonte et non le rasage des poils, etc.), qui ensemble, peuvent réduire les risques d’infection des plaies opératoires.

Notre hôpital entend protéger les patientes et les patients contre les infections, dans la mesure du possible. Il a mis en oeuvre des pratiques exemplaires permettant de réduire les risques d’infection au champ opératoire.

Que divulgue-t-on publiquement au moyen des pourcentages sur la prévention des ISO?

Ces pourcentages font uniquement référence à l’utilisation d’antibiotiques aidant à prévenir les ISO dans le cadre d’arthroplasties de la hanche et du genou, soit le pourcentage de patientes et patients ayant subi une telle opération qui ont reçu des antibiotiques prophylactiques au moment opportun avant l’opération. Les infections des plaies opératoires des patients hospitalisés font l’objet d’un suivi qui n’est pas rendu public. Pour savoir comment nous procédons à un tel suivi, n’hésitez pas à communiquer avec le Service de lutte contre les infections.

La divulgation publique est un indicateur du pourcentage de gens admissibles auxquels on a administré des antibiotiques en temps opportun, tout juste avant une « première » arthroplastie. Si une patiente ou un patient doit retourner en salle d’opération, la deuxième intervention ne fait pas partie des données.

La première période de déclaration couvre uniquement le mois de mars 2009. Les prochaines périodes porteront sur les trois mois qui précèdent celui de la déclaration. Le MSSLD affichera les données du dernier trimestre, par emplacements hospitaliers, sur son site web (www.ontario.ca/patientsafety).

Pourquoi les hôpitaux divulguent-ils uniquement les pourcentages sur la prévention des ISO relatifs aux arthroplasties de la hanche et du genou?

C’est un bon point de départ puisqu’il s’agit d’interventions courantes dans les hôpitaux. Des études ont démontré que l’administration d’antibiotiques prophylactiques juste avant une telle opération est une bonne façon de réduire les risques d’infection.

Autres renseignements propres aux patientes et patients :
www.health.gov.on.ca/securitedespatients
www.oha.com/patientsafetytips (disponible en anglais seulement)
www.oha.com/cleanhandsprotectlives (disponible en anglais seulement)

Source: Ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MSSLD

North Bay

50, promenade College
C.P. 2500
North Bay (Ontario)
P1B 5A4
Tél. : 705-474-8600

feature buttons

Sudbury

680, promenade Kirkwood
Sudbury (Ontario)
P3E 1X3
Tél. : 705-675-9193
Téléc. : 705-675-6817

feature buttons

Carte du CRSNB

Laissez-nous vous guider vers où vous devez aller.

Guide des visiteurs

feature buttons