Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM)

Taux d’infection au Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) au CRSNB

On peut contracter le SARM à l’hôpital ou dans la communauté. Le taux d’infection est calculé selon un ratio de 1 000 jours-patient. Le total de nouveaux cas mensuels d’infections hospitalières est divisé par celui de jours-patient chaque mois, puis multiplié par 1 000. Le nombre total de jours-patient désigne le total de jours où l’ensemble des patients hospitalisés a reçu des services pendant la période donnée.

Le taux est calculé comme suit :
Le nombre de nouveaux cas d’infections hospitalières au SARM dans notre établissement X 1000
total de jours-patient (pour un mois)

Bien que le SARM soit parfois à l’origine d’infections diverses, pour le moment, on signale uniquement les infections du courant sanguin, comme le recommande le MSSLD.

Qu'est-ce que le SARM?

Le Staphylococcus aureus est une bactérie qui vit périodiquement sur la peau et les muqueuses des personnes en santé. Il provoque parfois des infections. Lorsqu’il résiste aux bêtalactamines (une catégorie d’antibiotiques), on l’appelle Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM).

Le SARM cause-t-il toujours des infections?

Il y a colonisation lorsque les bactéries sont présentes sur le corps ou dans l’organisme sans provoquer la maladie. Le SARM peut coloniser le nez, la peau et les régions humides du corps.

Il y a infection lorsque les bactéries surmontent les défenses naturelles et provoquent la maladie (p. ex., les bactéries de la peau entrent dans le sang par un cathéter intraveineux). Les infections au SARM peuvent être bénignes (bouton ou furoncle) ou plus graves (infection des plaies chirurgicales, pneumonie).

Quels sont les facteurs de risque associés au SARM?

Ces facteurs comprennent les interventions effractives, un traitement antérieur aux antibiotiques, un séjour prolongé à l’hôpital ou dans une unité de soins intensifs ou aux brûlés, une infection de plaie opératoire et le contact étroit avec une personne porteuse du SARM.

Comment le médecin sait-il si une personne est infectée par le SARM?

Les patientes et les patients hospitalisés passent un test de dépistage s’ils ont récemment séjourné dans un autre établissement de santé ou un foyer de groupe. Au moyen de grands cotons-tiges, on prélève des échantillons dans le nez, le rectum et les plaies ouvertes.

Comment traite-t-on ces infections?

Pour déterminer le traitement approprié, il faut savoir s’il s’agit d’une colonisation ou d’une infection. Nous possédons un protocole normalisé de traitement, mais le médecin est la personne la mieux placée pour décider ce qui convient davantage aux patientes et aux patients.

Comment le SARM se propage-t-il?

Le SARM se transmet d’une personne à une autre par contact, habituellement par les mains des soignantes et soignants. Il peut être présent sur les mains du soignant qui a touché des matières contaminées excrétées par la personne atteinte ou des articles contaminés par la peau comme des serviettes, des draps et des pansements.

Comment lutte-t-on contre les infections hospitalières?

Voici quelques-unes des mesures permettant d’y parvenir :

  • le dépistage des patientes et patients ayant des facteurs de risque associés au SARM;
  • le placement des patients dans des chambres individuelles;
  • les gens entrant dans la chambre des personnes touchées par le virus doivent porter des vêtements de protection personnelle, notamment des gants et une chemise d’hôpital à manches longues;
  • l’utilisation de nettoyant à mains à base d’alcool, qu’on trouve à l’extérieur de toutes les chambres;
  • un nettoyage accru du milieu dans les chambres des patientes et patients infectés.

Tel qu’on l’indique sur notre site web, le nombre de jours-patient concernant les infections au C. difficile diffère toujours de celui relatif au SARM et à l’ERV puisque le nombre de jours-patient ayant trait aux enfants de moins d’un an n’est pas inclus.

Source: Ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MSSLD)

North Bay

50, promenade College
C.P. 2500
North Bay (Ontario)
P1B 5A4
Tél. : 705-474-8600

feature buttons

Sudbury

680, promenade Kirkwood
Sudbury (Ontario)
P3E 1X3
Tél. : 705-675-9193
Téléc. : 705-675-6817

feature buttons

Carte du CRSNB

Laissez-nous vous guider vers où vous devez aller.

Guide des visiteurs

feature buttons